Actualités

Être propriétaire ? Le souhait d’une majorité !

 Avant de passer aux solutions visant à rendre l’accès à la propriété plus facile, voyons si cela correspond à une envie ou un besoin.  

Si l’on en croit un communiqué de presse de l’Office fédéral du logement (OFL) publié fin mars 2022, cela ne fait aucun doute, ne serait-ce que vu le titre du communiqué : « Nombreux sont ceux qui rêvent d’acquérir un logement, rares sont ceux qui le peuvent ».  

Ainsi 80% des personnes qui souhaitent devenir propriétaires déclarent ne pas en avoir les moyens. La raison ? Des prix trop élevés et un apport personnel insuffisant. Elles ne trouvent pas d’objet approprié et souhaitent de ce fait que l’accession à la propriété soit davantage encouragée.  

Dire que c’est nouveau serait exagéré et on peut se demander s’il était réellement indispensable de dépenser le moindre centime pour arriver à cette conclusion. Saluons néanmoins le travail réalisé en collaboration par la School of Management and Law de la Haute école des sciences appliquées de Zürich, l’OFL, l’Association suisse des propriétaires foncier, la Fédération romande immobilière et Raiffeisen Suisse.  

Pour de nombreuses personnes interrogées, seuls quelques privilégiés ont les moyens de devenir propriétaires. Selon elles, les causes sont à chercher d'abord du côté des responsables politiques et des autorités, puis du secteur de la construction et de l'immobilier ainsi que des prestataires de services financiers.  

Environ la moitié de celles et ceux qui souhaitent devenir propriétaires aimeraient en outre bénéficier de soutien en matière d'information sur les possibilités de financement ou sur le calcul du prix d'achat maximal supportable. De telles offres existent déjà, mais il semble que trop de personnes en ignorent encore l’existence.  

Il ressort également de l'étude que le rêve d'accéder à la propriété est lié à la phase de vie de la personne: 46% des personnes interrogées entre 30 et 49 ans recherchent actuellement un logement en propriété de manière active. Chez les 18-29 ans, cette part est d'environ 25%, bien que 54% des personnes de cette tranche d'âge déclarent vouloir devenir propriétaires à plus long terme. D’autre part, 60% des personnes âgées de plus de 50 ans préfèrent rester locataires.  

Le plus important, pour la plupart des personnes interrogées, reste la stabilité et l'autonomie offertes en étant « chez soi » : Ainsi, 90% de celles et ceux en quête d'un logement en propriété souhaitent s'y établir à long terme, aménager leur maison comme bon leur semble et ne pas dépendre d'un bailleur.

Le Groupe Bernard Nicod