Mon compte

Bernard Nicod


Bernard Nicod, né le 12 août 1948 d’un père chirurgien et d’une mère fille de professeur d’université, estime avoir passé une enfance désagréable, incapable d’accepter la condition passive imposée à l’enfant.

Cancre à l’école, il prend sa revanche en exploitant au mieux son sens inné des affaires. Car depuis tout petit, Bernard Nicod fait des affaires. A 8 ou 9 ans, il organise des loteries pour ses camarades de classe. A 13 ans, il importe des chemises américaines et des chaussures italiennes. Son père décide alors d’envoyer son remuant garçon en internat à Saint-Maurice. Bernard Nicod y passe sa maturité. « Cette école est une formidable école de vie, la plus passionnante des obligations » dira-t-il même plus tard.

Il entre alors aux HEC de Lausanne où il étudie la gestion économique. L’école de recrues puis l’école d’officiers lui apprennent le commandement. Après l’internat, il doit à nouveau se plier : « J’étais l’homme de corvée par excellence car je me révoltais contre tout ».

Voilà pour le sens des affaires, mais d’où vient sa passion pour le bâtiment ?

Bernard Nicod a 6 ou 7 ans quand il vit sa première expérience du bâtiment. Ses parents décident de faire construire leur maison familiale. Emmené sur le chantier, il n’aura de cesse de s’extasier sur le travail de l’architecte : personnage tout puissant qui donne des ordres, qui commande. Et les ouvriers de s’animer. Et Bernard Nicod de réagir : il commandera la construction de maisons.